Le cidre de Menez Brug

Plus d'informations
il y a 2 ans 5 mois - il y a 1 an 2 mois #11 par glenan
glenan créé le sujet : Le cidre de Menez Brug

Menez Brug
La cidrerie de Menez-Brug (mont des Bruyères) est située dans la campagne verdoyante du Pays Fouesnantais. Claude Goenvec propose l'un des cidres les plus typés et typiques de Cornouaille, uniquement extrait de variétés locales de pommes. L’accueil de Claude est simple, chaleureux comme son pommeau. Pommeau qui a remporté, tout comme le cidre et le lambig, de très nombreuses médailles aux différents concours auxquels la cidrerie a participé.
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par glenan.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 mois - il y a 1 an 2 mois #162 par glenan
glenan Répondre à ce sujet : Le cifdre de Menez Brug
À la cidrerie de Menez Brug, la pomme est familiale






Depuis plus de vingt ans, la cidrerie de Menez Brug à Fouesnant (Finistère) perpétue la tradition du breuvage à la pomme qui pétille. La deuxième génération, Lénaïg et Stéven, a pris la relève du père, Claude Goenvec.

À la cidrerie de Menez Brug, la pomme est une histoire de famille. Lénaïg et Stéven Goenvec ont repris la cidrerie de leur père créée en 1989, à Beg-Meil à Fouesnant (Finistère), il y a trois ans. Âgés alors respectivement de 28 et 27 ans, la sœur et le frère décident de reprendre l’entreprise familiale. Par amour du cidre.

Deux jeunes cidriculteurs

Lénaïg et Stéven ont grandi dans le monde des pommes. Leur père Claude Goenvec, membre fondateur de la Cidref (Comité cidricole de développement et de recherche fouesnantais et finistérien) fonde sa cidrerie en 1989. Toute la famille met alors la main à la pâte. " Notre mère vendait même du cidre quand elle était enceinte ! ", raconte Lénaïg, qui a commencé petite à aider à l’exploitation familiale avec son frère Stéven.

En 2013, le frère et la sœur se lancent finalement : ils décident de reprendre l’entreprise de leur père. Passer du statut de salarié à celui de patron : un cap délicat, qu’ils franchissent en duo et grâce au soutien de leur père : " C’était assez stressant au début d’être son propre chef, mais heureusement, nous étions deux à nous lancer avec mon frère ! ", se rappelle la jeune cidricultrice.

Stéven s’occupe du verger, Lénaïg de la fabrication du cidre. Une organisation qui ravit la jeune femme : " Ça fonctionne très bien avec mon frère, nous sommes complémentaires. "

Savoir-faire ancestral

La cidrerie de Menez Brug veut perpétuer la tradition du cidre et le savoir-faire des générations précédentes. La mission tient à cœur à Lénaïg et Stéven. Ils produisent du cidre fermier et du " Cornouaille ", le seul cidre AOP (Appellation d’origine protégée) de Bretagne, en utilisant des méthodes traditionnelles.

Après le ramassage des pommes à la main, le broyage puis le pressage, le jus fermente ensuite dans de gros tonneaux de cent hectolitres pendant quatre à six mois l’hiver. Mais ce n’est qu’au moment de la mise en bouteille, au printemps, que la prise de mousse se produit, naturellement. " Cette méthode naturelle est très aléatoire, il faut que le cidre pétille mais pas trop non plus, c’est un subtil équilibre à trouver ! ", explique Lénaïg. Enfin, le cidre n’est pas pasteurisé " pour garder tout son arôme ".

Un savoir-faire qui assure à la cidrerie Menez Brug de nombreuses récompenses. " Médaille d’or Paris 2015 ", " Médaille d’argent 2016 en concours régional ", une multitude de diplômes sont affichés à la petite boutique de la cidrerie. " Il en reste encore plein dans les cartons… ", confie Lénaïg. Car la famille ne recherche pas la reconnaissance. " Ces récompenses nous poussent à faire mieux chaque année ", conclut la jeune femme, modeste.

Visite de la cidrerie tous les mercredis, jusqu’au 15 septembre.
Pièces jointes :
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par glenan.
Temps de génération de la page : 0.206 secondes
Propulsé par Kunena